News
4/4/2019  
Biographie du nouvel administrateur de l´Astan Qods-e Razavi

 
Biographie du nouvel administrateur de l´Astan Qods-e Razavi

Le guide suprême de la révolution islamique, l'Ayatollah Khamenei, dans un décret, a nommé l'Hodjat ol-Islam Ahmad Marvi administrateur de l'Astan Quds-e Razavi

L'Hodjat ol Islam Ahmad Marvi (né en février 1958 à Machhad), fils du Cheikh Yahya Marvi, a suivi des études religieuses et académiques aux niveaux élevés de jurisprudence et des principes (osoul), et obtenu un doctorat de théologie et de sciences islamiques.

Depuis le commencement du mandat du guide de la révolution, l'Ayatollah Khamenei, en 1989, et jusqu'à la fin de 2018, près de 30 ans il fut à côté du guide suprême et remplit simultanément les fonctions de chef adjoint du bureau du guide suprême dans le domaine des relations avec les centres d'enseignement religieux et de responsable du bureau du guide suprême.

En février 2019, il fut nommé par le guide suprême, administrateur de l'Astan Quds Razavi.

Naissance et famille
Ahmad Marvi naquit en mars 1958 dans une famille de religieux dans le quartier Navab Safavi de la ville sainte de Machhad.

Son père, le feu Hadj Cheikh Yahya Marvi, était un commerçant religieux et en même temps, un érudit de Machhad, qui malgré sa grande passion, ne put pas continuer ses études au centre islamique pour des raisons financières et continua à faire du commerce. Le feu Hadj Cheikh Yahya Marvi a toujours encouragé ses enfants à suivre la voie de la religion, et étant donné son esprit révolutionnaire, son domicile était devenu un lieu de réunion des ulémas et des combattants révolutionnaires de Machhad. Toutefois, il n'a pas pu voir de son vivant, le renversement du régime pahlavi et la victoire glorieuse de la révolution islamique de l'imam Khomeiny, et décéda un an avant la victoire de la révolution en 1977.

Son grand frère, le feu Hodjat ol islam Hadi Marvi qui était entré au centre islamique de Qom plusieurs années auparavant, était un fervent défenseur de la révolution et du régime révolutionnaire iranien, et sous le commandement de l’imam Khomeiny, avait présidé le tribunal judiciaire suprême, et durant une période, avait assumé les fonctions de chef adjoint du pouvoir judiciaire.

Très ami avec les martyrs Motahhari, Beheshti et Mofateh, il ne perdit jamais ses liens avec le peuple et exerçait ses hautes fonctions judiciaires en toute humilité, s'efforçant toujours de remplir ses devoirs et de propager la religion parallèlement à ses activités sociales.

Enseignement universitaire et de premier cycle
L'Hodjat ol Islam Ahmad Marvi, après avoir suivi les cours religieux élémentaires à l'école Ashgarieh de Machhad, entra sur les conseils de son père, au centre d'enseignement religieux de la ville et étudia les sciences religieuses à l'école de Nawab et de l'Ayatollah Milani. Ensuite, afin de poursuivre ses études dans le domaine religieux, il se rendit à Qom pour étudier à l’école du Grand Ayatollah Boroujerdi (La madrassah de Khan).

Parmi ses professeurs de jurisprudence, on peut citer les défunt Ayatollah Taheri Khorramabadi, Ayatollah Salehi Mazandarani, Ayatollah Vojdani Fakhr, son grand frère le regretté Hodjat-ol-islam Islam Hadi Marvi, et l'Hojat ol islam cheikh Mostafa Etemadi.

De plus, l'Hojat ol Islam Islam Marvi suivit des cours de jurisprudence supérieure (les plus hauts niveaux d'études religieuses précédant l'ijtihad) et de connaissance des principes religieux de l’Ayatollah Vahid Khorasani et du Grand Ayatollah Cheikh Javad Tabrizi jusqu’en 1989.

A Téhéran, il bénéficia des leçons de jurisprudence du Grand Ayatollah Khamenei et de l’Ayatollah Hadj Agha Mojtaba Tehrani, et enseignait dans les écoles religieuses de Téhéran. Il obtint également une maitrise et un doctorat de théologie, et soutint sa thèse de doctorat à l'université.

Présence dans les cercles politiques et lutte prérévolutionnaire
Participant des cercles révolutionnaires et des activités d’opposition au régime des Pahlavi à Machhad, lors de son arrivé à Qom et de l'intensification des protestations contre le régime du Shah, parallèlement à ses études, il participa aux réunions révolutionnaires de la madrasa de Faizieh et des maisons des ulémas. Lors d'une réunion le 7 juin 1975, à l'occasion de la commémoration de l'anniversaire du soulèvement du 5 juin 1963 dans la madrasa Faizieh de Qom, il fut arrêté dans l'attaque de la Savak contre ce lieu sacré, avec un grand nombre d'étudiants en sciences religieuses, et après avoir été battu et blessé, ils fut transféré dans la ville de Qom puis à Téhéran où il fut emprisonné à la prison d'Evin.

Activités après la victoire de la révolution
Après la victoire de la révolution islamique, sur l'invitation de son grand frère, le feu Hodjat ol Islam Hadi Marvi qui représentait l'Imam Khomeiny dans les villes de Behbahan et de Masjed Suleyman, il se rendit à Masjed  Suleyman pour combattre les groupes antirévolutionnaires et organiser des activités culturelles.

A son retour de Masjed Soleiman et simultanément avec la présence du martyr Ayatollah Ghodousi au bureau du procureur général, il fut d'abord nommé à la tête de ce bureau et après la mort de Ghodusi, continua à accomplir ses fonctions en tant qu'assistant politique du parquet révolutionnaire jusqu'en 1985. Au cours de cette période, il participa aux opérations militaires de la Défense Sacré en tant que religieux.

Présence auprès du Guide suprême de la révolution
Après la mort du grand leadeur de la révolution et le début du mandat de l'Ayatollah Khamenei en 1989, à cause de ses expériences avant et après la victoire de la révolution, l'Hodjat-ol-Islam Marvi collabora avec les différentes parties du bureau du Guide. Après avoir créé la structure actuelle du bureau, il servit en tant que chef adjoint du bureau du guide suprême, et l'accompagna aux différentes occasions, pendant près de trente ans.

Pendant ce temps, afin d'établir une communication efficace avec les centres d'enseignement religieux, les ulémas et les grandes autorités religieuses (Marja), il créa un bureau du guide suprême à Qom, et conformément au point de vue du président du bureau du guide suprême, l'Hodjat-ol-Islam Mohammadi, fut chargé de son administration et de la présidence du conseil des délégués du Guide suprême dans les zones tribales, et chargé d'adopter les politiques, de superviser et de gérer les problèmes économiques des différentes zones ethniques au niveau national. Les représentants du guide suprême faisant partie des membres responsables dans les provinces respectives et dans les diverses organisations culturelles et exécutives nationales du pays.

L'Hodjat ol Islam Ahmad Marvi, conformément aux recommandations du feu Ayatollah Mahdavi Kani et après l'approbation du Conseil central en 2008, devint membre du conseil central de la communauté religieuse militante.
 
Nombre de visiteurs du site:79
 
Soyez le premier à commenter

نظر شما
نام
پست الكترونيک
وب سایت
نظر
...