News
6/9/2018
« Il faut obtenir son droit et cela n’est possible que par la force et non par des demandes et des supplications »

  
« Il faut obtenir son droit et cela n’est possible que par la force et non par des demandes et des supplications »

« L'expérience historique de la Palestine a prouvé que le chemin de la réconciliation aboutissait à des compromis », a déclaré l'administrateur de l'Astan Qods-e Razavi.
Selon Astan News, l'Hojat ol Islam Seyed Ibrahim Raїsi, dans un discours au mossala ( espace ouvert destiné à la prière) « Imam Khomeiny » de Tabriz, a déclaré :« La victoire de la révolution islamique en Iran, a été un point crucial dans la lutte du peuple palestinien et a transformé un mouvement ethno-nationaliste en un courant islamique et populaire, dans la ligne de la lutte de l'Imam Khomeiny qui est la méthode de l'Islam authentique du prophète Mohammad (salut et prière de Dieu sur lui) pour combattre l'oppression. Dans le cadre de la défense nationaliste de la Palestine, les pays arabes ont subi des défaites continues comme en témoignent les guerres de 1967 et 1973, mais après la formation d’une résistance, islamique et populaire, les succès et les victoires du front de résistance n'ont cessé de briller. Le sud du Liban et Gaza ont été libérés avec le retrait des sionistes, et les guerres de 33, 22, 51 et 8 jours contre le régime sioniste, les ont fait reculer. Le régime d'occupation qui voulait s’étendre du Nil à l'Euphrate, fut obligé de construire des murs de béton autour de lui. L'expérience historique de la Palestine a montré que seule la résistance permet de reprendre son droit à l'ennemi et que les négociations sont toujours décevantes et rendent l'ennemi plus brutal».
Se référant à l'accord d'Oslo, il a déclaré: « Quel a été le résultat de l'accord d'Oslo conclu entre les Palestiniens épuisés par la lutte, et le régime illégal d'Israël ? Le résultat fut que les sionistes ont obtenu, grâce au soutien américain, tout ce qui avait été inscrit sur le papier mais n'ont rempli aucune de leurs obligations, et Yasser Arafat, agent palestinien signataire du traité, après 10 ans, alors qu’il avait remarqué la tromperie des négociations d'Oslo, a été éliminé de façon douteuse. Aujourd'hui, le président des Etats-Unis a annoncé qu'il avait un nouveau plan pour la Palestine qu’il a nommé « accord du siècle ». La question se pose de savoir qui est la seconde partie de l'accord avec les États-Unis et les sionistes ?  Peut-on appeler accord, une imposition unilatérale contre tous les Palestiniens ? Peut-on conclure un accord sur l'identité et la nature de la Palestine sans l'avis du peuple palestinien ? Dans cet accord, Tump veut faire du désert du Sinaï qui fait partie de l'Égypte, un nouveau pays et recevoir de l'argent pour la création de ce pays, des chefs perfides des Emirats Arabes Unis et d'Arabie Saoudite. Il entend placer une partie des 5 millions de réfugiés palestiniens, sous une fausse identité, dans la péninsule du Sinaï afin de préserver le régime illégal d'Israël et de donner au reste des réfugiés palestiniens la citoyenneté de certains pays. Trump veut faire disparaitre l'identité de la Palestine, judaïser Jérusalem et occuper l'Egypte! Quelle bizarre transaction ! Cet acte équivaut à verser de l'essence sur le feu de la colère des nations de la région. Je conseille à M. Trump de jeter un coup d'œil sur les plans des anciens présidents américains pour comprendre que ce nouveau plan est voué à l'échec et n'est pas « l'accord du siècle » mais un bourbier où les Américains et leurs alliés vont à coup sûr, s'engloutir. La tentative de l'Occident, le siècle dernier, pour l'établissement du régime sioniste, était un compromis avec le régime saoudien en échange de sa domination sur l'Arabie Saoudite et veut aujourd'hui encore, façonner le même accord et renforcer le règne d'al Salman en détruisant l'identité des Palestiniens et de Jérusalem. La République islamique d'Iran et son Guide suprême avisé, dans le respect des principes démocratiques, ont annoncé une solution qui n'est pas seulement une solution palestinienne, mais aussi une issue à toutes les crises dans la région du Bahreïn au Yémen, et qui n'est rien de plus qu'un recours à toutes les voix des Palestiniens, musulmans, chrétiens et juifs. C’est une solution démocratique. L'Iran islamique dans la région du Moyen-Orient, et en particulier en Asie occidentale, est un facteur de stabilité et de calme, et sans les conseils de l'Iran sur la lutte contre Daesh, al-Qaïda et les Takfiris fabriqués par Israël, la région brûlerait aujourd'hui, dans les flammes d'une guerre».
 
 
Soyez le premier à commenter

نظر شما
نام
پست الكترونيک
وب سایت
نظر
...