News
4/4/2017  
Biographie de l’Ayatollah Hachim Ghazvini

 
Biographie de l’Ayatollah Hachim Ghazvini

L’Ayatollah Hachim Ghazvini naquit en 1270 de l’Hégire à Ghazvin et devint un des grands ulémas et enseignants du XIVe siècle de l'Hégire, au Centre d'enseignement religieux de Machhad.
Il suivit les cours préliminaires à Ghazvin et à Téhéran, et ensuite, alla à Najaf où il profita de la présence de grands enseignants. Revenu à Machhad, il étudia auprès de l’Ayatollah Hajj Mirza Mohamad Aghazadeh et de l’Ayatollah Mirza Mahdi Gharvi Esfahani, et commença à enseigner aux niveaux supérieurs de Haute jurisprudence. Ses élèves devinrent célèbres en peu de temps et influencèrent l’ambiance scientifique et spirituelle du Centre d'enseignement religieux de Machhad.
L’Ayatollah Hachim Ghazvini enseignait les programmes classiques d'enseignement du centre religieux à savoir le Rasaél, le Makaseb, le Kefayh et le Kharajé Ossul, à l’école de Fazelkhan et de Navvab, et ses cours comme l’a dit le Guide suprême était très nombreux et d'une haute qualité.
Les élèves de l’Ayatollah Cheikh Chachim Ghazvini        
L’Ayatollah Vaez Tabassi, l’Ayatollah Hajj Mirza Mahdi Noghani, le maître Mohammad Taghi Chariati, le maître Kazem Modir Chanetchi, le maître Mohammad Reza Hakimi, l’Ayatollah Salehi et à la tête de tous, l’Ayatollah Khamenei, furent les élèves du défunt Ghazvini.  
Son rôle le plus important fut celui de l’éducation et non de l’enseignement. Selon les écrits de Mohammad Reza Hakimi, il était un exemple éminent de savant et un vrai religieux. C’était un homme sage, pieux, humble, intelligent, engagé, courageux et éclairé qui s’opposa à l'hypocrisie, à la décadence et aux réactionnaires. Tous ses élèves reconnaissaient le grand cœur et les qualités du défunt Hajj Cheikh Hachim.
La vie politique de l’Ayatollah Hajj Cheikh Hachim Ghazvini
L’Ayatollah Cheikh Hachim Ghazvini durant sa vie, a joué un rôle important dans les mouvements politiques de la province du Khorasan. Il a eu une fonction majeure lors de l’évènement de la mosquée de Ghoharchad et fut un des religieux qui, avant l’évènement survenu chez le défunt Ayatollah Seyed Younos Ardebili, décida courageusement de télégraphier à Réza Khan et de le blâmer pour son interdiction de l’Hijab. C’est pour cette raison qu’il fut arrêté le dimanche matin du 12 Rabi ol-Sani de l’année 1314 de l’Hégire, avec les Hodjat ol-Islam valmoslemin Seyed Younos Ardebili, Seyed Hachim Najaf abadi, Seyed Ali Akbar Khoi (père de Seyed Abolghasim Khoi), Hajj Mirza Habib Maleki, Seyed Ali Sistani, Cheikh Agha Bozorg Chahroudi, Cheikh Ali Akbar Achtiani et Seyed Abdollah Chirazi, libéré après huit jours et envoyé à Téhéran.
Il n’eut pas l’autorisation de retourner à Machhad jusqu’en 1320 de l’Hégire. Après la chute de Reza Khan, comme l’Ayatollah Mirza Mahdi Isfahani le lui avait conseillé ainsi que certains religieux, il revint à Machhad où il recommença à enseigner.
Il décéda le 20ème jour du mois de Rabi al Sani de l’année 1381 de l’hégire, et fut enterré dans le couloir qui mène à la salle « Dar ol-Ziafa » du mausolée de l’Imam Reza (a.s) à droite du porche voûté en or de l’esplanade Azadi, qui est actuellement la consigne numéro 7.
   
 
 
 



   
Nombre de visiteurs du site:168
 
Soyez le premier à commenter

نظر شما
نام
پست الكترونيک
وب سایت
نظر
...